Shinitai-chan

Quand soudain je me suis réveillée,
Dans un hôpital aux murs blancs.
Je ne me souviens pas d’être montée,
Jusqu’au toit mes souvenirs sont absents.

Toi qui m’as aidée, toi qui m’as tendu la main,
Pour l’attraper j’ai attendu trop longtemps.
Mon bras engourdi, à présent,
N’est-ce pas la mort qui m’étreint ?

Je veux mourir, veux mourir,
Mais finalement j’ai peur.
Tu es là, ton sourire,
Me transperce le cœur.
Tu me blesses, tu me laisses,
Je souris à contrecœur.
Pas assez, pas assez…

Je veux mourir, veux mourir,
Mais finalement j’ai peur.
Car celui qui me fait rire,
Je ne veux pas qu’il pleure.
Tu me blesses, tu me laisses,
Je souris à contrecœur.
Pas assez, pas assez…

Je suis toute seule,
Lorsque je me cache pour ne plus me souvenir de toi.
Le miroir reflète ce passé fictif pour moi,
Des yeux carmins, quel regard plaisant mais malsain.

Dis, je veux vivre, je veux vivre,
Je veux réellement vivre.
Je ne veux pas disparaître, je ne veux pas seulement survivre.
L’amanite se mêle à mes cheveux, elle est si près,
Peu importe où tu es.

Je veux mourir, veux mourir,
Mais finalement j’ai peur.
Peutêtre seras-tu capable d’écouter mon cœur.
J’ai tenté d’effacer plusieurs fois ton sourire.
Pas assez, pas assez…

Je veux mourir, veux mourir, veux mourir,
Mais je ne veux pas disparaître, ce n’est pas mon désir.
Car je sais que ton sourire ne fera que m’adoucir.

La douleur s’amplifie,
Mon souvenir s’amoindrit,
Pourtant cette blessure me fait souffrir jusqu’à l’oubli.